Digital nomad, le monde pour bureau

Digital nomad, le monde pour bureau

En cette période estivale, le nomadisme nous interpelle, nous rêvons de prototyper des interfaces les pieds dans l’eau.. nous nous sommes intéressés à la dernière mouvance en cours, le digital nomadisme. Mais au fait, c’est quoi un digital nomad ? Un mec qui fait des sites internet en parcourant le désert subsaharien à dos de chameau ?

Euh non, pas vraiment…

Un nomade digital est une personne qui exerce dans l’univers du numérique sans avoir besoin de travailler là où se trouve ses clients. Il voyage souvent dans le monde entier.

C’est en 1997, que le terme est apparu, suite à la publication du livre « Digital Nomad » de Tsugio Makimoto et David Manners. Depuis, c’est devenu un mouvement d’ampleur dont le véritable père fondateur est Tim Ferriss qui écrivit le livre « La semaine de quatre heures » paru en 2007, une véritable bible pour ceux qui souhaitent tenter l’aventure et parcourir la planète. Aujourd’hui, plus qu’une aventure c’est un vrai « lifestyle » suscitant l’intérêt et la curiosité de beaucoup.

Les nomades digitaux exercent plusieurs types de professions. Ils sont webdesigners, spécialistes du marketing d’affiliation, développeurs de logiciels, rédacteurs web etc… Finalement, tous les métiers dont les missions peuvent être accomplies sans sédentarisation.

C’est le cas de Sylvain Schots qui voyage depuis 6 ans à travers le monde et plus particulièrement l’Asie en travaillant pour une agence de voyage à Oulan Bator, capitale de la Mongolie, en tant que chef de projet digital, tout en vivant en Corée du Sud.

Il a d’ailleurs réalisé une superbe vidéo retraçant son voyage pendant 5 ans en Asie à voir ci-dessous :

À cet instant vous êtes peut-être assise ou bien assis derrière votre bureau et vous vous dîtes « mais pourquoi pas moi ?! » la soif d’aventure, de rencontres et de découvertes vous appelle ?
Beaucoup sont ceux qui fantasment cette quête d’une autre vie, d’un épanouissement personnel et d’une liberté sans limite, aisément véhiculée par de nombreux sites et blogs faisant l’apologie de ce nouveau style de vie. Cependant la réalité est souvent bien différente.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le digital nomadisme n’est pas une manière détournée de prendre des vacances. Pour voyager ainsi il faut gagner de l’argent et donc travailler.

Benjamin Planche, du blog « Partir voyager », revient sur son parcours et aborde les éléments qui ont fait ces débuts ratés de nomade digital dans son article « Retour sur mon expérience ratée en tant que nomade digital. ».

Benjamin-Planche

« Dès le début de mon voyage, et mon arrivée à New-York, je me suis vite rendu compte que travailler dans les conditions d’un tel voyage, n’allait pas être aussi simple que cela. En effet, pendant les 15 premiers jours, j’ai bougé environ tous les 3 jours, allant d’auberges de jeunesse en couchsurfers je travaillais constamment dans l’urgence, en répondant rapidement aux mails des annonceurs, en écrivant mes articles à la va-vite, et cela avait obligatoirement pour conséquence, un travail bâclé etde mauvaise qualité. Et curieusement, je ne profitais pas tant que ça de mon voyage, ayant constamment à l’idée qu’un annonceur pouvait m’échapper si je ne répondais pas à son mail dans les 24 heures… »

D’après certains, la clé pour financer son voyage, tout en profitant des richesses et merveilles locales étrangères n’est autre que l’organisation. Il faut avant tout savoir organiser son temps et séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle. Un temps pour tout !

Ainsi, travailler et voyager devient possible. Il faut savoir se « poser » pour accomplir les missions à réaliser et décrocher complètement pour profiter pleinement. Certains conseillent de se lever tôt, moment de la journée où nous serions le plus productif pour travailler quelques heures, puis profiter du reste de la journée. D’autres, étant soumis à une « deadline » vont travailler durant une semaine ou plus afin de fournir leurs livrables puis décrocher une semaine entière. Tout dépend de vos « obligations » professionnelles et du rythme qui vous convient le mieux.

Enfin, ce style de vie n’est probablement pas fait pour tout le monde. Si vous ressentez cette envie et hésitez à franchir le pas, il ne faut pas vous presser et préparer votre futur « lifestyle » afin de réunir tous les moyens, professionnels, financiers et logistiques pour réussir. De plus en plus de professionnels choisissent de vivre de cette manière. Il paraîtrait même qu’en 2035 les nomades digitaux seraient 1 milliard dans le monde, alors pourquoi pas vous ?